22/04/2014

On trouve de tout à la Samaritaine


 ...même des pelleteuses !

Deuxième chantier le plus important en plein centre de Paris (après les Halles - je vais m'y risquer à en parler un jour !), la Samaritaine était un ancien grand magasin parisien qui a fermé ses portes en 2005 pour être réhabilité en un complexe de bureaux, hôtel, logement, crèche et j'en passe; mené par LVMH propriétaire des lieux et les architectes japonais de l'agence SANAA.

La Samaritaine, c'était un peu mon grand magasin préféré, pour mes 20 ans j'avais acheté mon cadeau d'anniversaire et c'était un peu la fête quand j'y achetais quelque chose (période estudiantine...). Il y a plusieurs bâtiments, qui se répartissaient sur deux ilots et la rue de Rivoli serait moribonde sans les façades polychromes de la Samaritaine.

Créé en 1870, ce grand magasin s'est développé progressivement, engloutissant les bâtiments voisins comme le décrit si bien Zola dans son livre "Au Bonheur des Dames" et trouve son occupation finale jusqu'en 1932. Cela en fait un laboratoire architectural en plein Paris, traversant les styles architecturaux du début du XXe siècle, du style haussmanien de la fin du XIXe siècle à celui de l'art déco des années 30 en passant par le style art nouveau du début du XXe siècle.

PlanSamaritaine 
 ©Wikipedia


Le site internet dédié à la Samaritaine (et l'exposition sur place, à l'angle de la Rue de Rivoli et de la rue de l'Arbre Sec) montre bien les différentes évolutions du magasin, et comment étaient annexés les immeubles aux alentours.



L'architecte Frantz Jourdain a rénové certains bâtiments à partir de 1904 et a réalisé un bâtiment à la verrière et aux façades les plus emblématiques de la Samaritaine, dans le style art nouveau, que l'on peut voir rue de la Monnaie et rue de Rivoli: menuiseries en fer forgé, bandeaux avec enseignes en céramique, marquises vitrées...



 Photo prise lors de la Nuit Blanche, en 2004

Henri Sauvage quant à lui aura réalisé le bâtiment à partir de 1926 dans un style art déco en vogue à l'époque. Il n'hésite pas à sacrifier les deux coupoles art nouveau aux angles du bâtiment pour construire à la proue de l'ilôt un ensemble monumental qui s'impose sur le quai du Louvre au bord de la Seine. Il reconstruira également le magasin 3 près de la Rue de Rivoli (occupé à présent par un magasin Etam).
Par conséquent sur les deux ilôts occupés par la Samaritaine, il existe une juxtaposition intéressante de bâtiments et de façades, modifiés au cours du temps.

Après avoir eu quelques rénovations plus ou moins heureuses dans les années 70/80, le magasin ferme ses portes en 2005 pour des problèmes de mise aux normes de sécurité. Un projet est donc lancé pour réhabiliter les bâtiments de la Samaritaine et reconfigurer tout l’ilot des magasins 2 et 4.

Car actuellement les parisiens (comme moi-même) ont pu voir une étonnante vision rue de Rivoli: en effet les anciens bâtiments du magasin 4 ont été démoli pour permettre la construction du bâtiment conçu par SANAA. Etonnant car le chantier a la taille de travaux que l'on verrait à Berlin ou à Londres...mais me direz-vous, comment a-t-on pu démolir une partie de la Samaritaine ??

Et bien attention car les journaux relayent l'information avec un peu de sensationnalisme ("on rase la Samaritaine") et mélangent tous les différents bâtiments, un peu comme votre cervelle d'ailleurs quand vous voyez cela rue de Rivoli au détour d'une virée shopping.



Les bâtiments du magasin 4 étaient constitués d'anciennes maisons du XVIIe siècle agrandies au XVIIIe siècle (un peu rafistolées), et de bâtiments haussmanniens, dont ne subsistait parfois que la façade (ce qu'on appelle le "façadisme"), la structure intérieure ayant été complètement remodelée à une époque plus contemporaine.


A gauche, les immeubles voués à la démolition rue Baillet en 2011. Au fond on peut voir deux personnes (sans doute de la sûreté du site) car elles n'avaient pas l'air d'apprécier que je prenne quelques photos le nez en l'air - preuve que le sujet était déjà délicat...

Les façades des bâtiments démolis rue de Rivoli (google maps)


Photos prises en 2014, depuis la rue de Rivoli

La question de la démolition dans Paris est toujours compliquée et décriée, ce qui explique les rebondissements judiciaires actuels: deux associations de protection du patrimoine parisien ont demandé récemment l'annulation du permis de construire, qui finalement a été rejeté.

Personnellement sans juger de la qualité esthétique du projet de SANAA (je demande à voir, mais après avoir constaté la qualité du bâtiment du Louvre Lens, j'espère que cela sera du même ordre pour ce projet >voir ici ), je pense que l'ilôt et la Samaritaine gagnera en cohérence urbaine et révelera les trois autres bâtiments...Réponse en 2016.




18/04/2014

Rue Boursault


...deux petites pépites d'Art Nouveau dans le quartier des Batignolles que sont les deux immeubles d'où proviennent ces fenêtres, construites par l'architecte René Auguste Simonet et le céramiste Alexandre Bigot. 

Pour les trouver vous pouvez vous renseigner ici...

14/04/2014

Marine et les burgers


 Au Bistrot du Peintre, Paris 11e...

Les chevaliers de la table ronde cherchaient le graal, Marine elle aime bien se poser à table et manger un burger...l'occasion pour moi de découvrir de jolis petits endroits (ou du moins insolites). Je goûte tous les burgers, celui du drive du Whataburger en mode fastfood texan en passant par ceux des food truck comme ceux du Camion qui fume (j'avoue je me rabats plus sur les recettes du bouquin vue la file d'attente), celui qui sort d'un barbec à l'arrière d'un pick up ou celui joliment présenté d'un bistrot parisien, j'aime tous les burgers !

Alors voici quelques adresses, texanes en premier:



Whataburger:

Rien que pour le bâtiment qui reprend le W dans son architecture, entre le rétro et le postmodernisme insolent (surtout les bâtiments actuels)... Les burgers des Whataburgers sont trèèèès larges, et je ne parle pas de la taille des boissons. Et pour en trouver un pas de soucis il y en a un à chaque sortie de high way !

http://whataburger.com/



PT Terry's

J'aime bien le concept de PT Terry's, leur mini drive ambiance fifties (croqué ici)... et puis j'aime bien leurs burgers, juste comme il faut. Comme Whataburger, c'est une chaîne qui vient du Texas, celle-ci est implantée uniquement à Austin, il y a six Pt Terry's avec une architecture différente; jetez un œil sur les petites illustrations pour chacune sur leur site internet:

http://www.pterrys.com/locations/


Casino El Camino

Niché dans un immeuble de la 6th street emblématique d'Austin, l'endroit ne paye pas de mine, et ferait grincer les dents un inspecteur sanitaire...D'ailleurs leur slogan c'est "A typical neighborhood bar ( if your neighborhood is dark, cool and twisted)", ça promet ! Le comptoir de commande est derrière le bar à côté des toilettes (bon appétit !) vous vous dites que vous allez manger un vulgaire kebab (enfin bon on est au Texas donc ce serait plutôt un burrito...) Et puis le serveur prononce votre petit nom au micro alors que vous vous êtes posés en terrasse à l'arrière, et vous sert un burger dans un panier en plastique...Et bien je ne sais pas comment mais j'avais complètement gobé ce burger tellement il était bon !! Et les pickles OMG.

Casino El Camino 517 East 6th St, Austin, TX 78701


Sinon au HEB local en faisant vos courses vous pouvez trouver ça...!




A Paris le burger est plus sophistiqué. Deux trois lieux permettent de retrouver un goût de bon vieux burger américain, d'autres sont bien à l'aise dans leur petite assiette en porcelaine sur leur nappe à carreaux parisienne et c'est tant mieux.

 


Le Bistrot du Peintre 

Ma madeleine de Proust du 11e (ben oui 12 ans de passé à Paris...) et trouver un cheese burger aussi réconfortant que celui du Bistrot du Peintre, je ne vois pas ! Les frites sont bonnes, le cheese et le steak fondant, et puis rien que pour son décor Art Nouveau exceptionnel. D'ailleurs je me rappelle que l'année dernière ils ont rénové la salle du bas (il y a un étage) et le bar s'est retrouvé sur le trottoir le temps de refaire une santé aux boiseries courbées.
Petite anecdote amusante, j'avais trouvé à New York un guide sur les burgers à Paris: et bien mon cher monsieur ma chère madame, le Bistrot du Peintre y était , et en bonne position !

Le Bistrot du Peintre, 116 avenue Ledru Rollin 75011 Paris



 

Le Pause Café

Mon ancienne cantine du 11e, en face du Bistrot du Peintre: sans doute face au succès du burger du  Bistrot du Peintre (ou de cette équation alimentaire locale, burger=bistrot du peintre, salade et terrasse au soleil=Pause café), le Pause Café a sorti ses cartes et placé un burger très correct dans son menu.

Le Pause Café, 41 rue de Charonne 75011 Paris


Big Fernand et B&M burger

Je mets les deux ensemble, car ces deux "fast-food" (dans le bon sens du terme) ont développé un concept similaire: le burger sur mesure, rapide, moelleux et goûtu. On y retrouve le côté burger "snack" qu'on trouve très facilement aux U.S : on mange 2 ou 3 burgers comme on mangerait des galettes dans ma contrée natale...

Big Fernand, 55 Rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris
B&M burger, 82 Avenue Parmentier 75011 Paris





Le Dépanneur

Ma nouvelle bonne surprise rayon burger: ceux du Dépanneur, dans le quartier branchouille de SoPi (au sud de Pigalle): un ancien club réhabilité avec sa façade fifties s'est transformé en resto californien, ambiance bois, cactus et peau de bison (presque !). Il faut compter minimum 17 euros pour un burger, mais qualité des produits imparable, à l'initiative de la Cantine California, autre food truck parisien qui pose ici ses fourneaux. Et puis tant qu'on y est, goûtez leurs cocktails et leur carrot cake (et le couscous californien ?!), et l'année prochaine vous bookez Coachella et visitez toutes les Case study houses de L.A. Hé on est cool où on ne l'est pas !

Le Dépanneur, 27 Rue Pierre Fontaine 75009 Paris
http://www.cantinecalifornia.com/


Schwartz's Deli

Bluffage intégral au Schwartz's' Deli: j'y ai goûté le burger parisien qui se rapproche le plus des burgers home made au Texas, dude !
Et je dis bien home made...

Schwartz's Deli, 16 rue des Ecouffes 75004 Paris



Et puis si vous avez d'autres adresses, en France ou ailleurs, je suis preneuse...;-)

 
Si vous souhaitez vous procurer le livre de recettes, go to http://www.lecamionquifume.com/ !

That's all, folks !
***



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...